Ostéopathe du sport

La pratique d un sport c'est bien, mais ça peut faire mal

Contracture, entorse, déchirure musculaire, inflammation locale ou douleurs chroniques… sont parfois les conséquences de la pratique assidue ou ponctuelle d'un sport. Toute restriction ou perte de mobilité des muscles, des articulations ou des éléments périarticulaires entraîne une altération de vos performances et de votre état de santé, surtout si vous laissez traîner les choses.

 

                    Votre ostéopathe ne peut vous faire que du bien

Soigner

Votre ostéopathe traite vos traumatismes sportifs. Il vous aide à conserver votre équilibre corporel et à améliorer vos performances. Il restaure, par des techniques ostéopathiques appropriées, basées sur la notion de globalité, la mobilité de vos systèmes osseux, musculaires et organiques. L'entorse, la foulure, la tendinite, la pubalgie... sont aisément réduites par votre ostéopathe dont les mains interviennent sur les tissus traumatisés pour vous faire retrouver votre mobilité. Adaptée également aux enfants, l'Ostéopathie est très indiquée pour corriger les conséquences de chutes, de mauvaises réceptions ou de mouvements répétés.

Renforcer
Votre ostéopathe peut également améliorer votre souplesse articulaire et ligamentaire ainsi que votre capacité respiratoire pour une meilleure récupération après l'effort. Il améliorera ainsi votre puissance musculaire.

Tendinite : c 'est une inflammation douloureuse d'un tendon qui survient à la suite de mouvements répétitifs ou d'une dysfonction à distance.

Pubalgie : appelée « mal du footballeur », c'est une anomalie douloureuse qui se situe au niveau du pubis et peut atteindre les membres inférieurs et le bassin.

A titre préventif

  1. •Pour faire un bilan ostéopathique.

  2. •Avant de démarrer une activité sportive ou une nouvelle saison.

  3. •Pour préparer une épreuve sportive.

  4. •Avant une pratique occasionnelle.

  5. •Pour améliorer ses performances.

  6. •Avant de fréquenter une salle de gym.

 

A titre curatif

  1. •Après une entorse, un traumatisme, des déchirures ligamentaires, une interven­tion chirurgicale, des chutes sans lésions visibles sur une radio, pour des séquelles de fractures.

  2. •Pour rééquilibrer avec précision les axes articulaires perturbés par un choc.